[16 janvier 2017] Fin de la treve et mobilisation nationale historique des VTC et LOTI contre uber

 

Les VTC et LOTI manifestants leur mécontentement contre uber depuis le 15 décembre dernier ont été fort respectueux en acceptant une trêve permettant aux français de profiter pleinement des fêtes de fin d’année et de début 2017. Cependant, cette trêve n’a en aucun cas marqué la fin du combat contre la multinationale américaine, au contraire, elle a permis au mouvement de s’intensifier.

 

C’est un travail colossal de préparation et de prévention que les syndicats et associations de VTC ont effectué depuis décembre dernier. Après les blocages de cette fin d’année, l’opinion publique a enfin compris les dérives de l’ubérisation grâce aux actions menées et à leurs retombées médiatiques. Les chauffeurs isolés et englués dans des crédits ont enfin compris qu’ils n’étaient plus seuls, et pouvaient, en se réunissant avec leurs collègues, obtenir de meilleurs conditions de travail, mais surtout, de meilleures conditions tarifaires.

 

Manifestation du 16 janvier de tous les VTC et LOTI. Le RDV avec les syndicats de chauffeurs est pris pour ce lundi 16 janvier 2017 à Bastille (Paris) 

 

Grégoire Kopp, porte parole de uber France, celui là même qui a osé dire qu’un chauffeur uber pouvait gagner au moins le SMIC en travaillant pour la plate forme, a aussi affirmé dans une interview que les chauffeurs uber participants à la manifestation ne seraient, cette fois, pas déconnectés arbitrairement, afin de répondre au droit inaliénable de manifester.

 

Vous voilà prévenus : Vous pouvez donc manifester votre mécontentement contre  la plateforme sans risquer d’être déconnecté !

 

unsa vtc et capa vtc s'organisent pour la manifestation du 16 janvier 2017

Malgré la trêve, les syndicats n’ont pas lâché le mouvement, qui au contraire, s’est intensifié !

Les #uberusés vont donc pouvoir donner de la voix, dans le calme, sans aucune forme de violence, afin de se faire entendre, et de montrer qu’aucune multinationale ne pourrait imposer ses volontés dans l’hexagone sans payer le prix du mécontentement. Déjà qu’ils ne payent pas leurs impôts en France… il ne faut pas abuser !

 

Les arguments de Gregoire Kopp

Quand le porte parole d’uber gesticule sur les plateaux télé pour tenter de désamorcer la situation de crise, ces arguments peuvent convaincre un profane, n’y connaissant rien, mais peuvent facilement donner la nausée à un connaisseur du secteur.

 

Minimisation des mouvements de VTC

Il explique que les chauffeurs manifestant ne sont pas plus que 200 ou 300, qu’ils sont une minorité, et que les manifestations portent préjudice aux autres chauffeurs.

FAUX

Les manifestants, le 15 décembre dernier, étaient en fait plus d’un milliers. La plupart des chauffeurs, sous l’emprise du géant américain, n’osent pas manifester de peur de la déconnection. Cette peur n’étant plus d’actualité, des milliers de chauffeurs sont attendus à Bastille le 16 janvier 2017. D’autres, en situation d’extrême précarité, se sentent simplement obligés de travailler pour tenter de payer leurs crédits, sans se rendre compte qu’ils se font encore plus de mal à long terme en ne manifestant pas…

 

« Nous avons discuté avec les chauffeurs »

Il explique que les chauffeurs sont prévenus des changement et modifications tarifaires de la firme, le tout dans des conditions optimales afin qu’ils en comprennent bien  toutes les conséquences.

VRAI/FAUX

Alors oui, les chauffeurs sont reçus par la société américaine pour qu’on leur explique « les chiffres et leurs mouvements ». Cependant, sachant qu’à des chiffres, on peut leur faire dire ce que l’on veut, il est beaucoup plus simple de recevoir des chauffeurs un à un dans de petits box, face à des employés formés pour faire accepter certains chiffres et même faire croire  que ces chiffres seraient bénéfiques aux drivers. Mais lorsque des représentants de chauffeurs souhaitent rencontrer directement ceux d’uber… plus de réponse… Normal, car ces représentants  sont accompagnés de comptables, d’avocats, et possèdent tous les outils permettant de démontrer les dérives de cette société qui finalement, fait tout ce qu’elle veut en France, mais aussi dans de nombreux pays dans le monde.

 

« Nous avons donné nos chiffres à un groupe pour une étude, et en moyenne pour un temps plein, un chauffeur gagne entre 1400 et 1600€ par mois »

FAUX

C’est bien de payer pour faire procéder à des études… Mais quand on les finance soit même, on sait que le résultat ira dans notre sens… Ce n’est pas pour rien que d’autres, plus impartiaux, ont trouvé le chiffre aberrant de 3.75€/h comme salaire net gagné par un chauffeur uber… Et je n’oublie pas ma propre petite étude publiée sur ce blog en septembre 2014 alors que les prix étaient plus élevés et les commissions moins fortes… Donc aujourd’hui, les résultats ne peuvent être que pires !

 

« Les organisateurs veulent un retour à des prix très chers »

FAUX

Les organisateurs veulent simplement, et comme tous les chauffeurs de terrain, un retour à la rentabilité, rien d’autre.

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la rentabilité de ce genre de sociétés, je vous invite à vous pencher sur le cas très intéressant de la société « VOITURES JAUNES ». Cette société française avait investi énormément en véhicules et frais de fonctionnement. Ils avaient obtenus des levées de fonds pour se développer, mais ils salariaient leurs chauffeurs en payant pour eux toutes les charges que payent des patrons normaux. « VOITURES JAUNES » a rapidement fermé ses portes car le modèle économique, basé sur le respect du droit du travail et du salaire minimum, n’était en fait pas viable.

En transformant les chauffeurs employés en indépendants, bingo ! Ce sont ces chauffeurs qui font désormais office « d’amortisseurs ». En tant qu’indépendants, ils ne sont plus protégés par le droit du travail. Ils sont responsables de leurs pertes, ne sont plus assujettis à des salaires minimum et le turn over permet d’en avoir toujours sous la main. Ce sont désormais les chauffeurs qui n’ont plus une activité viable, mais la plate forme principale, elle, contrairement à « VOITURES JAUNES », peut rester à flot, et même engranger d’énormes bénéfices. Dites bonjour à l’ubérisation !

 

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, uber fait le dos rond et tente de caresser les chauffeurs et les consommateurs dans le sens du poil pour éviter d’être jeté hors de France, mais n’oublions pas que selon le pdg d’uber, ce qui est cher dans la course,  c’est qu’il faut payer « pour le gars qui conduit », et ce gars, c’est vous !

VOILA POURQUOI IL EST IMPORTANT DE SUIVRE VOS SYNDICATS ET ASSOCIATIONS LE 16 JANVIER 2017 A BASTILLE

Inutile de rappeler que les indépendants ne travaillant pas pour uber sont toujours aussi concernés, voire plus que les VTC d’applis, car pour eux, cette activité n’est pas un simple job, mais une activité à temps plein, menacée par une société à l’attitude monopolistique détruisant tout un secteur économique sur son passage. A bon entendeur !

 

Si vous souhaitez vous sortir des applications et notamment d’Uber en trouvant votre clientèle perso, un Ebook de formation  VTC complet et abordable est disponible sur Amazon (ci dessous) 

EBOOK DE FORMATION VTC

Vous lancez votre société de chauffeurs VTC ou capacitaire

En contactant notre partenaire de la part de Adopte un VTC au 01.43.87.52.46 vous beneficierez :

D’un business plan offert

ET

De 1 mois d’honoraires offert

Autres sujets qui pourraient vous intéresser :

L’éthique des chauffeurs VTC « pour les nuls »

Chauffeur VTC : Comment effectuer un devis adapté ?

Chauffeur VTC : Comment fidéliser ses clients ? (Formation VTC terrain)

10 choses importantes à savoir pour devenir chauffeur VTC et réussir

 Le rôle des applications mobiles dans la vie d’un entrepreneur VTC débutant

VTC auto entrepreneur : Un statut incohérent

Numerus clausus des VTC : Ce rêve qui ne se réalisera jamais

POUR EN SAVOIR PLUS, REJOIGNEZ NOUS SUR FACEBOOK    : ADOPTE UN CHAUFFEUR VTC Suivez nous sur TWITTER

 

FacebookTwitterGoogle+Partager