Les VTC ne seront pas autorisés à circuler lors de la journée sans voiture du 27 Septembre 2015
 
comme vous le savez, la mairie de paris a décidé de faire du dimanche 27 une journée sans voiture pour tous, ou presque. en effet, l’arrêté préfectoral qui détermine les règles de circulation dans Paris a permis à certains usagers de bénéficier de dérogations, à l’exception des VTC.
y voyant une atteinte à la liberté de travailler des chauffeurs, l’association CAPA-VTC a interpellé Mairie et Préfecture afin de corriger la situation. Aucune réponse n’a été donnée mais

l’administration venait de se rendre compte que les chauffeurs de véhicule de tourismes et les capacitaires existaient !
devant cette situation de blocage, et afin de défendre les intérêts d’une profession trop souvent bafouée parce qu’ignorée, l’association a prit ses responsabilités en engageant une action en référé.
cette action demandait au juge administratif de permettre aux chauffeurs de travailler ce dimanche 27 septembre.
la préfecture aurait demandé au Tribunal de déclarer l’association irrecevable dans son action car son recours serait intervenu trop tardivement et qu’elle n’avait pas d’intérêt à agir.
Le tribunal a pourtant déclaré l’association parfaitement légitime à agir au nom et pour le compte des chauffeurs, conformemément à son objet, mais sur le fond, il a considéré que l’association ne démontrait pas concrètement en quoi il y avait un péril financier à ne pas travailler dimanche, lors de la journée sans voiture.
le tribunal a donc rejeté le recours de l’association qui, nous a-t-on dit, pense sérieusement à déposer un recours devant le conseil d’état.
Concernant cette décision, Abdelkader Hamida, associé du cabinet Vaughan, représentant de Capa-VTC, déclare :
« Nous considérons que le juge a mal apprécié la situation des chauffeurs mais que nous aurions pu être plus convaincant avec un peu plus de temps de préparation et plus de chauffeurs impliqués afin de montrer en quoi cette journée de travail perdue crée un vrai préjudice et porte, par voie de conséquence, atteinte à leur liberté d’entreprendre. »
Du côté de Capa-VTC, cette action n’a pas été inutile. Elle a permit aux membres du bureau de se faire connaître et d’obtenir de nombreuses adhésions. Fort de ce nombre croissant de chauffeurs rejoignant leurs rangs, il y a fort à parier que les prochaines actions seront couronnées de succès car le cabinet Vaughan aura plus de temps pour préparer des procédures plus en profondeur.
Les médias s’intéressent désormais de prêt à Capa-VTC, et les demandes d’adhésions se multiplient d’heure en heure.
Cette légitimité d’action déclarée par le tribunal, permettra donc à l’association de pousser la défense collective des chauffeurs jusqu’au bout ! La présence de 40  adhérents, ce matin, au tribunal administratif de Paris, démontre l’envie de ces chauffeurs d’être représentés par leurs confrères, et non plus par des associations de donneurs d’ordre.
 
 
 
FacebookTwitterGoogle+Partager