[La route verte] Cette voie écologique qui recharge les voitures électriques sur la route

Actuellement testées en Angleterre, ces routes vertes représentent l’avenir de la circulation écologique

Avec un tel système démocratisé dans les pays commercialisant des véhicules électriques, les ventes seraient décuplées et il n’y aurait plus besoin de chercher une prise pour recharger sa voiture. Le principal inconvénient, lors de l’achat d’un véhicule électrique étant le temps de charge et la faible autonomie de ces dernières, leur utilisation y gagnerait en efficacité.

Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler d’une route verte : en Corée du Sud (2013), les bus électriques de la ville de Gumi bénéficiaient d’une route de plus de 10 km équipée spécialement pour les recharger.

Pour la première fois,  l’Europe découvre et utilise cette innovation, et plus précisément en Angleterre qui testera les routes vertes pendant 18 mois ! En investissant 500 millions de livres sur les cinq prochaines années, l’Angleterre souhaite combattre, à sa manière, la pollution sur ses routes.

[La route verte] Cette voie écologique qui recharge les voitures électriques sur la route

[La route verte] Cette voie écologique qui recharge les voitures électriques sur la route

Mode de fonctionnement des files vertes 

enterrés sous la route, des câbles électriques, créent un champ électromagnétique récupéré par une bobine installée dans le véhicule. Le résultat est ensuite convertit en énergie électrique, permettant aux voitures électriques de rouler de manière quasi illimitée.

Mode de fonctionnement des files vertes

Mode de fonctionnement des files vertes

 

Les chauffeurs-VTC travaillant en voitures-électriques seraient nettement avantagés dans leur quotidien, et les économies de temps (et d’argent) s’en ressentiraient aussitôt. Les véhicules électriques sont souvent plus chers à l’achat, et l’économie de carburant motive rarement les chauffeurs VTC, freinés par le temps de charge et l’autonomie réduite, tandis que leur profession les amène souvent à rouler de nombreux kilomètres d’affilés. Cette innovation leur offrirait la possibilité de rouler dans des véhicules écologiques tout en économisant sur le poste « carburant » de leur comptabilité.

Du côté des détracteurs à ce projet, on met en avant les avancées technologiques en matière de capacité des batteries Tesla (brevets ouverts), qui pourraient vite rendre inutiles ces travaux pharaoniques sur les routes britanniques. Selon Paul Nieuwenhuis, chercheur au sein du Centre d’excellence des véhicules électriques de la Cardiff Business School : «si on se penche sur ce qu’a réussi Tesla au cours des dernières années, il y a tous les six mois de nouvelles avancées dans la technologie des batteries qui permet de gagner en autonomie. Le projet de routes électriques me semble très ambitieux. Les coûts seront la donnée essentielle et je ne suis pas convaincu que ça vaille le coup».

les responsables du projet répondent que ces réseaux enterrés pourraient, par la suite, favoriser les échanges  d’informations entre les voitures autonomes et sécuriser des convois de poids-lourds (en pilote automatique), ce qui deviendrait nettement moins intéressant pour les chauffeurs VTC !

Affaire à suivre…

 

SUJETS QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER :

Chauffeur-VTC : Quel statut juridique choisir

Chauffeur-VTC : Comment effectuer un devis adapté

[Chauffeur-VTC] 5 conseils pour fidéliser ses clients

Devenir chauffeur VTC : Comment calculer votre rentabilité et vos tarifs

10 choses importantes à savoir pour devenir chauffeur VTC et réussir

POUR EN SAVOIR PLUS, REJOIGNEZ NOUS SUR FACEBOOK    : ADOPTE UN CHAUFFEUR VTC

Suivez nous sur TWITTER

 

FacebookTwitterGoogle+Partager