[ Chauffeur-VTC ] Un marché porteur pour les investisseurs

Le marché des VTC est en pleine mutation. Semaines après semaines, mois après mois, il se légifère, change de tendance, se modifie, si bien que même les professionnels du secteur peinent à s’y retrouver tant l’instabilité ambiante y est pesante.

Beaucoup s’interrogent quand à l’avenir de cette profession et de ces principaux acteurs : Les chauffeurs.

Tout d’abord, et pour répondre aux nombreuses questions posées sur les réseaux sociaux, il faut savoir que le secteur du VTC n’embauche pas ou très peu. Pour devenir chauffeur VTC, il faudra, dans une grande majorité des cas, se mettre à son compte et développer son activité soit même (tout en payant ses charges et effectuant sa propre gestion, ce qui demande des connaissances supplémentaires à celles d’un chauffeur employé).

Les chauffeurs n’ont pas forcément les capacités commerciales et comptables pour gérer leur apport en clientèle, ce qui a favorisé, ces dernières années, l’apparition de sociétés de mises en relation clients/chauffeurs, souvent sous formes d’applications mobiles.

Rares sont les gros investisseurs qui se sont risqués à acheter leur propres véhicules et embaucher leurs chauffeurs. Le déclin et la fermeture de la société « Voitures Jaunes » [ Voiture Jaune s’est constitué son propre parc de véhicule et a employé ses propres chauffeurs ] a servit de leçon à tous les candidats tentés par ce genre de business plan, et nous ne sommes pas prêts d’en revoir au sein de la planète VTC.

Nous voici donc avec une diversification des offres destinées aux VTC via les applications mobiles, mais les investisseurs ne comptent certainement pas en rester là.

2015 sera l’année des VTC et nous allons assister à une recrudescence d’offres plus ou moins variées, destinées à attirer un maximum de chauffeurs, tout en leur proposant une multiplication de leurs réservations qu’ils peinent à trouver eux même, par manque de temps de prospection ou de connaissances en stratégie commerciale.

Des millions, voir des milliards d’euros ont déjà été investis sur le phénomène VTC en faveur des applications mobiles, mais les investissements ne s’arrêtent pas là. Des centaines de milliers d’euros sont actuellement investis dans de plus petites structures, permettant de proposer des systèmes de visibilités sur internet, et offrant aux professionnels du SEO (Référencement) la possibilité de rentrer dans la danse du VTC.

Les grandes marques se rapprochent, sans le cacher, de ce marché porteur, qui devient pour certains [ Voir Audi avec la société Cinq S ] un vecteur de visibilité incontournable tout en restant original.

D’autres, comme certaines sociétés de taxis se rapprochent plus timidement du VTC-Business par l’intermédiaire de blogs ou de petits annuaires, surement pour prendre la température et repérer une éventuelle échappatoire en cas d’évolution massive du secteur VTC, qui pourrait provoquer, à terme, une disparition progressive des taxis.

Nous voyons fleurir un tel business autour de nous que ça en devient préoccupant. Des centres de formations (agréés ou non), des assurances spécialisées VTC (à vérifier), des loueurs de véhicules destinés aux Chauffeurs de personnes, des annuaires, des comparateurs, des référenceurs, tous « spécialisés » dans le secteur du VTC apparaissent comme par magie sur la toile.

Certains ont même déjà mis les clés sous la porte, par manque de professionnalisme ou suite à des erreurs de stratégies de communication. D’autres, fraîchement sortis d’écoles de commerces, ont lancé leur activité, en partenariat avec des sociétés implantées de longue de date dans le milieu (et à échelle nationale) qui n’auraient plus qu’à attendre que le point de rentabilité soit atteint pour récupérer le marché.

Un segment entier de l’économie est en train de se modifier totalement, et chaque changement est soumis à de lourdes tractations. Cependant, les taxis ne se laisseront pas submerger sans rien dire, et certaines sociétés tentent d’imposer des particuliers en remplacement de professionnels, en toute illégalité (Moins chers et plus rentables compte tenu du fait qu’ils ne payent aucune charge) dans leurs offres existantes.

Malheureusement, parmi toutes ces offres, bonnes ou mauvaises (Ceci est à l’appréciation de chacun), trop peu  pensent à l’avenir et à l’évolution positive des principaux intéressés : Les chauffeurs.

Chacun de nos lecteurs sera libre de se faire sa propre opinion sur internet, ou chaque offre est facilement identifiable. Nous avons déjà un premier avis, mais préférons attendre de voir les évolutions de chacun avant de nous positionner.

Quoi qu’il en soit, après avoir cherché les meilleures offres, nous avons décidés nous aussi de mettre la main à la pâte :

Adopte un VTC évolue donc en cette fin 2014 et début 2015

Un nouveau projet est en cours de notre part. Il ne nous manque plus qu’une grosse structure à très forte audience souhaitant diversifier son offre (dans le cas d’une société de VTC), ou d’une grande marque souhaitant élargir sa visibilité à travers un secteur porteur. Nous avons commencé les entretiens en Décembre, et les reprendront dès le 15 janvier 2015. Ce message s’adresse bien entendu aux professionnels ayant mis ce blog sur « Veille » et à leurs partenaires.

Vous l’aurez compris, 2015 s’annonce riche en bouleversement, et nous… On adore ça !!!

Restez connectés car nous ne manquerons pas de commenter les évolutions de chaque nouveau venu dans le cercle de moins en moins fermé des VTC.

Autres sujets qui pourraient vous intéresser :

10 choses importantes à savoir pour devenir chauffeur VTC et réussir

 Le rôle des applications mobiles dans la vie d’un entrepreneur VTC débutant

VTC auto entrepreneur : Un statut incohérent

Devenir chauffeur VTC : Comment calculer votre rentabilité et vos tarifs

Numerus clausus des VTC : Ce rêve qui ne se réalisera jamais

POUR EN SAVOIR PLUS, REJOIGNEZ NOUS SUR FACEBOOK    : ADOPTE UN CHAUFFEUR VTC

Suivez nous sur TWITTER

FacebookTwitterGoogle+Partager