« UTILISER UN VTC TUE »

 

Le monde du transport est en plein bouleversement. Fut un temps, il était intéressant d’ouvrir une société de transport de personnes et de prospérer. Le contexte économique aidant, bon nombre de non diplômés possédant un permis de conduire se sont lancés dans le transport de personne en y voyant une opportunité simpliste. Cependant, le métier se professionnalisait de plus en plus et les simples taxis ne se sentaient pas en danger face à nos ancêtres de la grande remise, qui ciblaient uniquement le haut de gamme, et dont l’accès à la profession était nettement plus compliqué qu’il ne l’est maintenant pour les VTC.

Moi même VTC à mon compte depuis peu (environ 2 ans), en passe de fermer boutique, du moins de changer d’activité, je me laisse aller à une analyse sans prétention de ce monde dans lequel j’ai évolué depuis bon nombre d’années.

POUR EN SAVOIR PLUS, REJOIGNEZ NOUS SUR FACEBOOK    : ADOPTE UN CHAUFFEUR VTC

Suivez nous sur TWITTER

En 2009, j’entend parler de cette circulaire annonçant la simplification de l’accès à la profession de transporteur de personnes, qui nécessitait auparavant d’être soit taxi, soit détenteur d’une capacité de transport de personnes, soit d’un permis GR (Grande remise). J’étais chauffeur pour Air France à l’époque, mais déjà, l’idée de me mettre à mon compte m’effleura l’esprit. 3 ans plus tard, j’ouvrais ma société de VTC et commençais à travailler avec des hôtels, un peu en sous-traitance, et surtout avec des clients réguliers issus de mon réseau professionnel et social déjà existant. Petit à petit, je travaillais moins avec de petits clients pour me concentrer sur les plus gros contrats. 1 an plus tard, la marée de nouveaux VTC arrivant toujours plus fournis en nouveau pseudos entrepreneurs avait inondée un marché déjà bien saturé. Le jour ou je perdis mes 2 plus gros clients, de retour dans la mare avec les autres à la recherche de nouveaux plus petits contrats pour remonter à la surface, je fis 2 constats : Le premier étant que l’on était 3 fois plus nombreux que l’année passée, à se partager les mêmes client, les mêmes prescripteurs, les mêmes filons. le 2e étant que visiblement, comme dans n’importe quel secteur ultra concurrentiel,  les prix commençaient sérieusement à se brader. (Mon expérience concerne l’île de France, je ne connais pas l’état du marché dans les autres régions, même si je l’imagine aussi « malade »).

formation pour devenir chauffeur VTC

Formation VTC complète : Comment devenir chauffeur VTC indépendant à prix réduit : 9,10€

Conclusion, je l’avoue et j’en ai honte, j’ai du me brader à mon tour afin de pouvoir continuer à payer les charges de société et à garder un minimum d’activité. Les taxis grognent tous les 6 mois contre les VTC sans se rendre compte de la difficulté pour un chauffeur VTC de travailler. Le fait de travailler sur commande demande, pour ceux qui respectent cet engagement, une volonté de fer et un travail acharné. Voila pourquoi les manifestations de taxi m’ont tant énervés.  Il ne faut pas s’y tromper, les grands perdants de cette nouvelle forme de transport ne sont surement pas les taxis. La concurrence qu’ils y trouvent est saine, et les tire même vers le haut, les obligeant à faire plus d’efforts dans leur comportement, souvent impoli, ainsi que dans la propreté de leur véhicule. Je ne parle pas de tous les taxis évidement, mais de la réputation d’un métier, qui dans son monopole se laissait allé à un gros relachement. Cette médiocrité, encore visible lors de leurs dernières manifestations pleines de haine et de violences gratuites, d’agressions et d’insultes. il serait bon qu’ils profitent de cette nouvelle concurrence pour  se sublimer plutôt que de partir en guerre..

POUR EN SAVOIR PLUS, REJOIGNEZ NOUS SUR FACEBOOK    : ADOPTE UN CHAUFFEUR VTC

Suivez nous sur TWITTER

Les grands perdants de la création des VTC sont bien évidemment les chauffeurs de grande remise. Ceux même qui étaient les premiers représentant du luxe dont l’hexagone a le secret. On disait toujours que le chauffeur était le premier contact d’un voyageur en France et son dernier. Voila donc toute l’importance de ces gens formés à l’excellence dans un métier emblématique beaucoup moins facile qu’il n’y parait. Les chauffeurs GR avait un prestige, une classe et une renommée, qu’ils ont perdus le jours ou il se sont appelés : Chauffeur VTC… voiture de tourisme avec chauffeur. la classe !!! Ils ont été mélangés dans la marmite avec tous leur nouveaux petits confrères non formés !

Les deuxièmes grands perdants de la création des VTC sont… les VTC eux mêmes. Le nombre d’acteurs a créé une dépréciassion terrible du milieu ou les gens ne gagnent même plus leur vie malgré des heures de travail acharné. « Tiens, il fait Roissy-Paris à 60€, je vais le faire à 50€ » Je vous laisse imaginer jusqu’ou peuvent mener ce genre de réflexions. Les VTC (de petites structures) de région parisiennes finissent tous par se faire sous traiter par de plus grosses structures telles que U…, CP, AlloC.., ou même des enseignes plus prestigieuses telles que Ch… limousine ou autres… Tous ces gens qui se font sous traiter, ont monté une société, contracté une assurance, pris un crédit, payent leurs charges, leurs impôts, font eux même leurs devis et factures et sont responsables de tous les tracas quotidiens d’un entrepreneur, le tout en travaillant 50 ou 60h par semaines pour gagner une paye qui au taux horaire est inférieure au prix du SMIC. Ces petits VTC se mettent à leur compte pour acquérir une certaine liberté et ne se rendent même pas compte qu’ils s’enchainent encore plus que des employés en offrant 1000 fois plus de liberté à ceux qui les sous traitent. ces derniers évitent tous les soucis liés au frais de la fluctuation du prix du diesel, de dépréciation des véhicules, d’achat/vente/entretien de véhicules. Quand un VTC endommage sa voiture, son activité est arrêté quelques temps et c’est lui même qui paiera sa franchise alors que ces sociétés n’auraient qu’à prendre un autre VTC à son compte qui prendra toutes les charges à leurs placse, car ils sont des milliers à taper à leurs porte. Pour les VTC qui vivent à + de 50% de leur activité de la sous traitance, un conseil : Fermez et faites un CV.

C’est plus ou moins ce que je fais ici aujourd’hui… j’arrête l’activité de VTC. Je préfère, à regret tout de même, il faut l’avouer, rebondir et changer de secteur plutôt que de rester dans un domaine qui ne me correspond plus.

Néanmoins, je souhaite bon courage à tous les nouveaux venus qui se lancent dans la profession et leur présente notre partenaire qui les aidera à se mettre à leur compte dans les meilleures conditions possibles.

Vous lancez votre société de chauffeurs VTC ou capacitaire

En contactant notre partenaire de la part de Adopte un VTC au 01.43.87.52.46 vous beneficierez :

D’un business plan offert

ET

De 1 mois d’honoraires offert

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERRESSER :

10 choses importantes à savoir pour devenir chauffeur VTC et réussir

 Le rôle des applications mobiles dans la vie d’un entrepreneur VTC débutant

VTC auto entrepreneur : Un statut incohérent

Devenir chauffeur VTC : Comment calculer votre rentabilité et vos tarifs

Numerus clausus des VTC : Ce rêve qui ne se réalisera jamais

POUR EN SAVOIR PLUS, REJOIGNEZ NOUS SUR FACEBOOK    : ADOPTE UN CHAUFFEUR VTC

Suivez nous sur TWITTER

 

FacebookTwitterGoogle+Partager